jeudi 24 janvier 2019

Grand Débat : Rencontre avec le Président de la République dans la Drôme

Retour rapide sur la rencontre avec le Président de la République aujourd’hui en Préfecture de la Drôme: 
Convié en ma qualité de président départemental des maires ruraux, j’ai modestement essayé de synthétiser sans les dénaturer les propositions citoyennes écrites depuis le mois de décembre dans les 106 cahiers de doléances ouverts dans les communes drômoises. 

Parmi les sujets sur lesquels j’ai pu interpeler Emmanuel Macron: le pouvoir d’achat, les petites retraites, la dépendance à la voiture en zone rurale, les injustices fiscales et sociales, l’ISF, la fraude et l’évasion fiscale, les classes moyennes qui paient pour tous alors que les très aisés ne contribuent pas comme ils le pourraient à la solidarité nationale, le recul des services de proximité dans les petites communes, la désertification médicale, les fermetures de classes, la téléphonie défectueuse... la fracture territoriale béante avec des métropoles qui ont suscité toutes les attentions quand les communes rurales bénéficiaient de rustines sans politique d’envergure. Plus que des déclarations, on attend des preuves d’amour. 

Quelques messages passés: la meilleure des mobilités, c’est celle dont on n’a pas besoin. Investissez dans la ruralité, faites confiance aux campagnes pleines de bon sens et de solutions pragmatiques. Les citoyens ruraux veulent pouvoir travailler et trouver l’essentiel des services de proximité là où ils vivent.
Entendez la colère et la souffrance populaire, il faudra des mesures fortes pour réduire les injustices et permettre aux Français de vivre correctement de leur travail.
Ne pensez pas savoir seul ce qui est bon pour la France. Plutôt que de donner des leçons, considérez avec humilité celles et ceux qui se démènent chaque jour dans les associations, les entreprises, les collectivités locales...

Quelques réponses en retour:
- Malheureusement rien aujourd’hui sur le pouvoir d’achat, les injustices sociales et fiscales...
- « J’ai hérité d’une situation difficile », « je ne suis Président que depuis 20 mois ». Heu, déjà 20 mois... pas 3 mois... ce ne passe plus cette réplique...
- Manque de médecins: « ce sont des libéraux qui s’installent où ils souhaitent », « on va développer les maisons de santé »... vraiment court et déjà entendu...
- Organisation des pouvoirs : « on va déconcentrer et décentraliser les décisions », sans plus de précisions...
- Fonction publique: est évoquée la possibilité d’augmenter le point d’indice différemment selon les filières. Je ne suis pas sûr que ce soit de nature à apaiser, ni considérer les agents publics. Diviser pour régner?
- Fracture territoriale et ruralité : encore et toujours des déclarations d’amour en attente de preuves...

Je peux comprendre que le Président ne puisse pas répondre à tout et n’annonce pas de mesures à ce stade pour attendre les conclusions du grand débat public. J’attends donc le 15 mars pour me faire véritablement un avis sur le sens de cette concertation. Les maires ont fait leur job en remontant les doléances, que le Gouvernement fasse le sien en apportant les réponses attendues.
Si la souffrance est entendue et traduite en actes, la confiance pourra renaître et chasser la défiance. Si ce débat se résume à « parlons tous ensemble mais j’ai déjà décidé de tout seul et ne changerai rien », je crains que les tensions s’exacerbent.
Camus écrivait « quand une démocratie est malade, le fascisme vient à son chevet, mais ce n’est pas pour prendre de ses nouvelles ». L’enjeu est de taille, soyons à la hauteur.

dimanche 6 janvier 2019

Cérémonie de présentation des voeux 2019

"Le bonheur est parfois caché dans l'inconnu"
Risquons-nous à le trouver et ouvrons-nous aux autres pour une heureuse année 2019 ! 

En toute convivialité et en présence des élus juniors engagés à Moras-en-Valloire, mon équipe municipale et moi-même avons eu le plaisir de vous adresser nos meilleurs vœux pour l'année qui s'ouvre.