vendredi 24 février 2017

Les élus régionaux drômois « Les Républicains » s’expriment-ils encore en anciens francs ?

C’est avec une certaine stupéfaction que nous avons pris connaissance de l’interview Nicolas DARAGON (LR) et Marlène MOURIER (LR) parue ce jour dans l’édition de Valence du Dauphiné Libéré et intitulée « Après l’adoption du nouveau Contrat de Plan État-Région par les élus régionaux. Des millions pour la Drôme ». 

On y apprend notamment que pour le département de la Drôme, « 10 milliards d’euros vont être investis tout au long de [la] durée du CPER, dont 3,6 milliards par la Région. 5 000 emplois pourraient être créés ». On se demande si ces élus s’expriment encore en anciens francs ou en centimes d’euros pour arriver à un tel chiffrage ? Mais on connaît l’adage : plus c’est gros, mieux ça passe. En vérité, il s’agit de déclarations invraisemblables, fausses et totalement déconnectées de la réalité. 

Car au total, le Contrat de Plan Etat-Région 2015-2020, tel que voté lors du précédent mandat et amendé lors de la dernière Assemblée plénière, s’élève à 2,5 milliards d’euros sur toute la durée de ce contrat et pour toute la région Auvergne-Rhône-Alpes ! Quant au département de la Drôme, c’est une délibération d’octobre 2015 qui formalise une participation financière totale de 300 millions d’euros pour la Drôme au titre du Contrat de Plan Etat-Région, très loin des 3,6 milliards annoncés dans le Dauphiné Libéré ! De plus, il convient de rappeler que la droite régionale avait, à l’époque, voté contre le volet drômois du CPER adopté sous la majorité de Jean-Jack Queyranne. 

Enfin, affirmer que le CPER « a été complètement renégocié et abondé de façon conséquente » est là encore faux et mensonger. L’Etat a simplement accepté de négocier une « enveloppe additionnelle de 31 millions d’euros qui vient s’ajouter aux 2,5 milliards d’euros déjà contractualisés » par les précédents exécutifs socialistes, comme l’a annoncé lui-même le ministre de l’aménagement du territoire, M. Jean-Michel Baylet, dans un communiqué de presse du 25 novembre 2016. 

Il est regrettable que les conseillers régionaux drômois « Les Républicains » se soient adonnés à de telles inepties aussi outrancières à de simples fins de communication. La responsabilité politique veut que l’on ne mente pas aux citoyens. Car les lecteurs du Dauphiné Libéré, qui s’entendent promettre des milliards, se demanderont un jour où tout cet argent a-t-il pu être investi.

Michel GREGOIRE, Françoise CASALINO, Aurélien FERLAY
Conseillers régionaux drômois
Groupe socialiste, démocrate, écologiste et apparentés

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire