dimanche 1 mars 2015

Elections départementales 2015 : "La politique, ce n'est pas la guerre"

 




COMMUNIQUE 
de Jean-Louis Bonnet, Catherine Habrard, Aurélien Ferlay et Marylène Decost
Candidats de la Majorité départementale « La Drôme en Mouvement »

"La politique, ce n'est pas la guerre."

Depuis quelques jours, les candidats de l’UMP, Emmanuelle Anthoine et Aimé Chaléon, diffusent dans les boites aux lettres des habitants du canton de la Drôme des collines un tract accusant en particulier la Majorité départementale de « traitement préférentiel et inéquitable ». Si les campagnes électorales font parfois l’objet d’excès de langage, mettre en cause la probité des élus départementaux est tout à fait inacceptable.

Toutes les communes du canton sont traitées de façon équitable et bénéficient de la solidarité départementale, si précieuse dans les zones rurales. Les communes dont sont issus ces candidats (Hauterives et Saint-Donat) ont d'ailleurs largement bénéficié de l’aide du Département grâce aux politiques mises en place par la Majorité départementale, sans esprit partisan. Les exemples ne manquent pas : l’aménagement des entrées de ville, le soutien aux programmations culturelles du Palais idéal du facteur Cheval, l’espace muséographique ou encore l’EHPAD Gabriel Biancheri à Hauterives… la desserte en fibre optique, le complexe aquatique de Champos, les concerts Bach ou encore le centre médico-social à Saint-Donat…

On peut ne pas partager certaines convictions tout en faisant de la politique de façon apaisée et respectable, d’autant plus sur des dossiers locaux d’intérêt général. Chacun sait les relations empreintes d’estime réciproque qu’entretenaient Gabriel Bianchéri, l'ancien conseiller général du canton du Grand Serre, député-maire, et Didier Guillaume. Les deux hommes ont travaillé conjointement pour faire aboutir des projets importants pour la Drôme, tel le pôle de recherche en toxicologie et éco-toxicologie environnementale de Rovaltain. Nous souhaiterions que cet état d’esprit perdure.

Ces accusations, ainsi que les mensonges sur les taux d’impôts (qui n’ont pas augmenté depuis 4 ans et n’augmenteront pas pendant 6 ans si les habitants nous renouvellent leur confiance) ou sur la hausse des dépenses sociales, ne sont pas dignes du débat républicain. Le Département de la Drôme est l’un des mieux géré de France (Rapport de la Cour Régionale des Comptes positifs, Expertise d’un cabinet indépendant qui qualifie la gestion de la dette d’ « exceptionnelle », dépenses de personnel contenues). La Drôme est le 13ème département le moins endetté de France.

Par ailleurs, pour bien informer nos concitoyens, nous rappelons que les Départements ne maîtrisent qu’un seul taux d’impôt : la part départementale de la taxe foncière. Le taux Drômois est largement en-dessous de la moyenne nationale.
La solidarité avec les personnes âgées, les personnes handicapées, les enfants en danger, les gens en situation de précarité, nous l’assumons pleinement, car nous sommes pour la société du bien-vivre ensemble. Il faut cesser d’opposer solidarité territoriale et humaine et bonne gestion. La Drôme démontre depuis 11 ans qu’on peut être solidaire, en particulier des territoires ruraux, et bien gérer une collectivité.

La politique, ce n’est pas la guerre. C’est d’abord le respect des femmes et des hommes qui s’engagent pour le bien commun et l'intérêt général.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire