dimanche 13 janvier 2013

Hétéro, catho et favorable au mariage pour tous…

Le projet de loi ouvrant le mariage pour tous les couples fait en ce moment même la une des médias. Les maires sont interrogés sur leur position personnelle et je ne fais pas exception à la règle.
Comme tous les sujets touchant à l’intime, je crois tout d’abord qu’il est important d’essayer de comprendre et respecter ce que chacun peut ressentir, sans se permettre de juger l’avis de l’autre. C’est ce que je m’efforce de faire et que j’attends en  retour.

Je suis favorable à ce projet de loi, non pas parce qu’il est déposé par une majorité politique plutôt qu’une autre, mais parce qu’il va dans le sens de l’égalité des droits.
Pourquoi les personnes du même sexe n’auraient pas le droit de voir leur bonheur officiellement reconnu, elles qui ont été si longtemps et sont encore parfois montrées du doigt comme « différentes », victimes de discriminations ?
 
Après le vote du PACS il y a treize ans, je vois dans ce texte une évolution positive vers l’égalité et l'acceptation de chacun dans sa diversité.
Ce projet de loi était un engagement du candidat élu Président de la République, ce n’est une surprise pour personne s’il est aujourd’hui proposé pour examen et débat devant la représentation nationale.

Je ne crois pas qu’un enfant ne puisse pas s’épanouir parce qu’il ne serait pas élevé par deux parents hétérosexuels. Chaque être se construit individuellement et l’orientation sexuelle d’un enfant devenant adulte n’est pas conditionnée par celle de ses parents.
Les familles homoparentales sont déjà une réalité puisque l’adoption plénière est possible et légale pour un célibataire. Mais en l’état actuel de notre législation, s’il arrive malheur au parent « légal », l’autre n’a pas le moindre droit sur l’enfant qu’il a pourtant élevé et aimé. Ce texte sera donc protecteur de la famille réelle.

Je crois aussi qu’un enfant sans famille, qui peut avoir la chance d’être adopté par un couple heureux d’offrir de l’amour et un foyer, ne doit pas en être privé sous prétexte de l’orientation sexuelle des adoptants.
Je ne vois pas en quoi un « principe de précaution » parfois mis en avant devrait s’appliquer, sauf à considérer que l’homosexualité est un danger pour autrui. Ce n’est assurément pas ma conception.
Naître dans un foyer hétéro ne garantit d’ailleurs en rien de grandir dans les meilleures conditions. Je le constate malheureusement quelquefois dans mes fonctions d’élu local…

En ma qualité de maire, officier d’état civil, exerçant au nom de l’Etat, je marierai demain les couples qui le souhaiteront dans le respect du code civil et suis certain que tous les maires républicains le feront également.
Notre République est laïque, c’est à dire respectueuse de toutes les religions, mais élevant la sphère publique pour nous rassembler au-delà des convictions personnelles.

Baptisé dans l’église catholique, marié depuis huit ans et père de deux enfants, je suis favorable au mariage pour tous. Il donne à mes yeux tout son sens aux mots « égalité » et « fraternité » inscrits aux frontons de nos mairies.  

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire