lundi 7 mai 2012

1981... 2012

Je l'espérais, je l'imaginais mais le doute était quand même là, présent, jusqu’à l’annonce des résultats. Chaque élection porte avec elle son lot d’heureux et de déçus, je fais aujourd’hui partie du premier groupe. Homme porté par des valeurs de gauche, de justice, d’égalité, de solidarité, je vis enfin l’élection d’un Président de la République de ma sensibilité.
Je n’ai pas connu 1981 (je naissais!). J’étais trop jeune pour me souvenir de 1988. La première présidentielle à laquelle je me suis intéressé et dont j’ai souvenir est celle perdue de 1995.

Je suis donc très heureux de connaître enfin ce moment, une première, avec à la fois un sentiment de joie et de responsabilité car les chantiers sont immenses, le rassemblement et le redressement de la France hautement nécessaires.
J’ai confiance en François Hollande, il a dit vouloir être jugé à la fin de son quinquennat sur deux engagements : la justice et la jeunesse. Il sait les attentes des Français.

Nous devons maintenant lui donner les moyens d’agir au service du pays : cela passe par une majorité claire à l’assemblée nationale. Il faut donc élire de députés de gauche les 10 et 17 juin prochains. Personne ne peut vouloir d’une cohabitation. L’UMP prétend qu’il ne faudrait pas donner tous les pouvoirs à la gauche, elle ne tenait pourtant pas ce discours lorsque les deux chambres parlementaires étaient de droite.
Donnons à François Hollande les moyens d’agir efficacement pour les cinq prochaines années. Les 10 et 17 juin, à l’occasion des élections législatives, votons en cohérence pour le changement. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire