jeudi 27 octobre 2011

J’ai signé la pétition de la fondation Abbé Pierre pour une mobilisation en faveur du logement. Et vous ?

« Notre pays est confronté à la crise du logement la plus grave depuis 1945. Les chiffres sont alarmants : 1 million de logements manquent à l'appel, les prix de l’immobilier ont doublé en 10 ans, et les loyers suivent la même spirale. Les ménages consacrent désormais un quart au moins de leurs revenus mensuels au logement, alors que la file d'attente pour l’accès à l’habitat social est estimée à 1,2 millions de personnes.

Les affectations du budget de l'État pour le logement - 37 milliards d'euros - ont subi une réorientation drastique. Alors que la répartition, il y a quelques années, s’opérait pour 70 % en faveur du logement social et pour 30 % au privé, aujourd'hui 32 % du budget est affecté au locatif HLM, 35 % au locatif privé et 33 % aux propriétaires occupants. Les crédits d'aide à la pierre sont passés de 800 millions en 2008 à 473 millions en 2011 et vont diminuer jusqu'à leur disparition du fait de la loi de programmation financière triennale qui vient d'être adoptée.

A l’évidence, le logement doit être considéré comme un bien essentiel, et, à ce titre, faire l’objet d’une véritable stratégie politique et de nouvelles régulations.

Oui, il est possible de produire suffisamment de logements accessibles, réguler les marchés et maîtriser le coût du logement, moins d’injustice et plus de solidarité, construire une ville équitable et durable.

C’est parce que notre conception de la politique du logement est radicalement différente de celle du gouvernement actuel que nous appelons tous les élus en charge du logement et de l’habitat à signer comme nous la pétition de la Fondation Abbé Pierre.
Ensemble, rétablissons le droit au logement. »

Appel des élus socialistes et républicains à signer la pétition de la fondation Abbé Pierre.

Exigeons des candidats à l'élection présidentielle qu'ils s'engagent à :

1 - Produire suffisamment de logements accessibles
Programmer 500 000 logements par an, pendant 5 ans, dont 150 000 logements vraiment sociaux.
Imposer des contreparties sociales aux aides publiques.
Lutter contre la vacance injustifiée des logements.
Libérer des terrains à bâtir à un prix raisonnable.

2 - Réguler les marchés et maîtriser le coût du logement
Encadrer les loyers.
Réguler les prix de l’immobilier.
Revaloriser les aides personnelles au logement.
Lutter contre la précarité énergétique.

3 - Moins d’injustice et plus de solidarité
Intervenir massivement contre l’habitat indigne.
Enrayer les impayés de loyer et prévenir les expulsions locatives.
Donner une priorité absolue à l’accès au logement des personnes en difficulté.
Offrir des solutions dignes d’hébergement et d’accompagnement aux personnes les plus défavorisées

4 - Construire une ville équitable et durable : un impératif pour vivre ensemble
Renforcer les obligations de la “loi SRU” en imposant 25 % de logements sociaux.
Instaurer des “secteurs de mixité urbaine et sociale”.
Sécuriser l’accession à la propriété et recentrer les aides sur les classes modestes et moyennes.
Corriger les inégalités entre territoires et mener une politique de la ville ambitieuse.

Cette mobilisation doit permettre d’établir un “Contrat social pour le logement” sur lequel devront s’engager les candidats à l’élection présidentielle. La Fondation Abbé Pierre en suivra la mise en œuvre.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire