vendredi 28 octobre 2011

Inauguration des locaux rénovés des Restos du Cœur à Saint Vallier

Ce vendredi 28 octobre en fin de journée, je participais avec beaucoup de plaisir à l’inauguration des locaux rénovés des Restos du Cœur à Saint Vallier. 
Suite à des problèmes d’humidité et de salubrité, les responsables du centre avaient entrepris une recherche d’aide pour réaliser ces travaux nécessaires, ainsi que le réaménagement de la salle de distribution pour un meilleur accueil des 400 familles reçues chaque hiver. 

Les bénévoles, toujours très engagés, ont entrepris ces travaux de juin à octobre avec de nombreux dons d’entreprises et artisans locaux. Un organisme bancaire a aussi été attentif à ce besoin en remettant un chèque de 6000 € à l’association.

A cette occasion, je soulignais dans mon intervention l’action précieuse des Restos du Cœur, ici comme dans toute la France.
Plus d’un milliard de repas ont déjà été distribués dans notre pays en 25 ans d’existence de l’association créée par Coluche.
8,2 millions de personnes selon l’INSEE, 13% de la population, vivent désormais avec moins de 954 € par mois. La pauvreté prend des proportions effrayantes et s’installe au cœur de la société. Elle a le visage d’ouvriers au chômage après la fermeture de leur usine, de jeunes qui galèrent de stages en petits boulots, de mères célibataires qui travaillent à temps partiel fragmenté, de retraités aux pensions insuffisantes, d’habitants des quartiers victimes de discriminations…
Si l'on comptabilise les emplois précaires, les travailleurs pauvres, les chômeurs, ce sont 12 millions d'actifs qui vivent en situation de fragilité économique : 40 % de la population active…

« Faire payer la crise aux pauvres n’est pas une fatalité ». Le cri d’alarme lancé par le réseau des banques alimentaires doit plus que jamais être entendu, notamment face au risque de réduction drastique du programme européen d’aide aux plus démunis envisagée par les gouvernements conservateurs de l’Union Européenne.

Chaque jour, les bénévoles des Restos du Cœur se battent en Drôme des collines, comme partout en France, pour venir en aide aux plus fragiles d’entre nous.
L’élu local que je suis les soutient et les encourage, dans mon centre communal d’action sociale comme au niveau régional, car pour longtemps encore, nous comptons sur eux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire