jeudi 23 juin 2016

En Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez échoue à faire taire ou sanctionner les élus !

La transparence et la liberté d’expression ne sont pas des pratiques qui conviennent à Laurent Wauquiez… 

En Auvergne-Rhône-Alpes, le Président avait en effet préparé une modification du règlement intérieur pour sanctionner financièrement les conseillers régionaux qui s’exprimeraient sur les rapports présentés en commissions. 

Si l’indemnité des élus peut être réduite en cas d’absentéisme (et c’est bien normal), il est totalement illégal - au seul bon vouloir du Prince - de sanctionner un élu en fonction de ce qu’il peut penser et exprimer.

Ce rapport aurait dû être mis au vote ce 23 juin. Mais faute de soutien dans sa propre majorité et devant l'évidence d'une telle illégalité, Laurent Wauquiez a dû se résoudre à le retirer pour éviter l'humiliation d'être mis en minorité six mois après son élection.

Je propose à notre Président qui n’aime pas beaucoup la transparence démocratique de s’inspirer à l'avenir du règlement de l’Assemblée Nationale dont les réunions de commissions sont filmées sur La Chaine Parlementaire.

Je propose également que Monsieur Wauquiez puisse lui aussi être sanctionné lorsqu’il tient publiquement des propos mensongers sur la Région ou annonce seul à la presse des décisions qui n’ont même pas encore pu être examinées par les élus régionaux.

Nous ne sommes pas une assemblée muselée que l’on réunit pour régulariser des annonces précipitées. 
Les Auvergnats et Rhônalpins méritent mieux qu’un autocrate à leur tête.

vendredi 27 mai 2016

Nouveau dispositif "OBJECTIF EMPLOI" Porte de DrômArdèche

www.portededromardeche.fr/emploi
"OBJECTIF EMPLOI - Porte de DrômArdèche" sera lancé mercredi 1er juin 2016.

Face au chômage, on peut attendre passivement les chiffres mensuels, se dire que c'est un problème national ou bien essayer modestement d'agir à l'échelle de son bassin de vie.
C'est le pari que nous faisons en Porte de DrômArdèche.
Le chômage n'est ni une fatalité, ni une caricature. Il n'y a pas d'un côté de mauvais patrons qui voudraient juste licencier et de l'autre des mauvais chômeurs qui ne voudraient pas travailler. Je rencontre au quotidien des femmes et des hommes de bonne volonté, des entrepreneurs qui peinent à trouver des collaborateurs à proximité, des demandeurs d'emploi dynamiques mais qui ne savent pas toujours où s'adresser...

Notre pari est simple : mettre en relation entreprises et demandeurs d'emploi sur notre territoire.
"Objectif Emploi" c'est 1 numéro de téléphone et 1 page web dédiés, avec un accompagnement personnalisé par nos services dès ce 1er juin, en partenariat avec tous les acteurs de l'emploi.
C'est aussi un dispositif qui s'étend aux jeunes qui cherchent une alternance pour leur formation ou un contrat d'apprentissage.
Toutes les entreprises peuvent faire connaître leurs offres sur notre plateforme et chaque demandeur d'emploi se verra recontacter sous 15 jours maximum pour un entretien après analyse de son profil. 

Après notre forum de l'emploi en avril dernier, nous travaillons en parallèle sur d'autres dispositifs complémentaires pour accompagner l'alternance et le service civique sur notre territoire.
Face au chômage, nous n'avons pas la prétention de réussir l'impossible, mais nous avons le devoir de tout essayer.

----------------------------------------

Vous recherchez un EMPLOI ? Une ALTERNANCE ?

Vous recherchez des COLLABORATEURS pour votre entreprise?

OBJECTIF EMPLOI :  

- Numéro unique en Porte de DrômArdèche : 04 75 23 54 44
(accessible du lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 13h30 à 17h)


- Page web dédiée : www.portededromardeche.fr/emploi

www.portededromardeche.fr/emploi


OBJECTIF EMPLOI vise à mettre en relation de manière très concrète les entreprises qui recrutent et les demandeurs d’emploi grâce à un numéro de téléphone et une page web dédiée.
Ses atouts principaux résident dans une connaissance très fine du territoire, un accompagnement personnalisé des demandeurs d’emploi et des entreprises, un partenariat avec l’ensemble des acteurs de l’emploi et particulièrement Pôle Emploi.

samedi 30 avril 2016

Assemblée générale des Maires Ruraux de la Drôme à Vinsobres

L'Association des maires ruraux de la Drôme, que j'ai l'honneur de présider depuis 2014, tenait son assemblée générale ce 30 avril 2016.
Nous étions accueillis à Vinsobres par Marie-Pierre Monier, sénatrice et maire de la commune.  

En présence du Président national des maires ruraux de France, Vanik Berbérian, de Monsieur le Préfet de la Drôme et de nombreux élus de notre département, une centaine de maires ruraux s'étaient réunis pour faire part de leurs préoccupations dans l'exercice de leur mandat mais aussi rappeler un message simple : 

"Nous sommes des Ruraux, oui, et fiers de l’être, avec notre bon sens et notre franc-parler… pas des rétros comme d’aucuns aiment à le croire et le caricaturer.
Non, nous ne regardons pas dans le rétroviseur en disant l’organisation territoriale, c’était mieux avant. Nous regardons devant nous avec une conviction : l’utilité de la commune française et l’insuffisante place laissée aux territoires ruraux pour préparer l’avenir".

Car, qu’on se le dise, nos communes rurales sont tout sauf ringardes et dépassées.
Elles sont une chance pour la démocratie locale et le maillage de nos territoires. Elles sont une richesse pour notre département et notre pays, non seulement en termes d’espace, de qualité de vie mais également en termes de développement économique, de vie sociale. Elles sont aussi et surtout garantes de la proximité et de la solidarité envers tous nos concitoyens. Elles regorgent de talents, de savoir-faire et d’acteurs qui innovent et se dévouent pour que la solidarité humaine existe partout.

Retrouvez ici le texte de mon intervention d'ouverture, ainsi que le diaporama support de notre assemblée.

samedi 16 avril 2016

MORAS-EN-VALLOIRE : Le Conseil Municipal Junior en séjour citoyen à Paris

Le Conseil Municipal Junior de Moras-en-Valloire était à Paris du 12 au 14 avril pour un séjour citoyen dédié aux monuments et aux institutions de la République.
Il était encadré par Hélène COLOMBO, Danièle CONJARD, Mickaël DURAND et moi-même en délégation du Conseil municipal adulte.

Après avoir découvert la capitale en bateau-mouche sur la Seine puis du haut de la Tour Eiffel, les jeunes élus ont visité le Musée du Louvre et le Panthéon pour mieux connaître les Grands Hommes de l’Histoire de France.
Ils se sont rendus à l’Assemblée Nationale, ayant eu l’honneur de monter à la tribune de l’hémicycle tels de futurs députés, puis au Sénat et ses Jardins du Luxembourg.
Ils ont également eu droit à une visite complète du Palais de l’Elysée, pouvant même s’asseoir dans le Salon des Aides de Camp où se tient chaque mercredi le Conseil des Ministres.

De quoi rentrer dans la Drôme avec les yeux émerveillés et des valeurs civiques renforcées par ces trois journées exceptionnelles qui resteront pour ces enfants des souvenirs indélébiles.
Le Conseil Municipal Junior organisera prochainement une soirée de restitution de son séjour auprès de la population morassienne. 

Préparé de longue date, ce déplacement a été cofinancé par les actions des jeunes élus au cours de leur mandat, notamment une bourse aux jouets et un marché de noël.









vendredi 15 avril 2016

Auvergne Rhône-Alpes : un budget 2016 opaque et clientéliste - Les 100 jours de Laurent Wauquiez ou le Fait du Prince…

Depuis 100 jours, les effets d’annonce non suivis d’effet se succèdent. La dernière en date est l’annonce, le 30 mars, de 100 M€ pour la formation professionnelle alors que le budget présenté le 2 avril ne propose pas un euro de plus par rapport à 2015.

Nous constatons chaque jour la politique du Fait du Prince permanent : les élus - de la majorité comme de l’opposition - et partenaires de la Région apprennent par simple courrier la suppression des politiques d’aide aux territoires, apprennent par la presse la création d’un nouveau système de bourses pour les bacheliers sans aucune délibération, apprennent, sidérés, les largesses clientélistes ou idéologiques de Laurent Wauquiez (par exemple 300.000€ plan Lumière pour sa ville du Puy-en-Velay, ou 50 000 € sans critère ni projet pour l’UNI).
 
Nous regrettons que les contrats de territoire existants (CDDRA) soient supprimés dans la précipitation, mettant en grave difficulté les acteurs économiques, associatifs et culturels locaux. Nous n’avons aucune précision sur la future politique d’aménagement du territoire, si ce n’est qu’elle financera des investissements selon le seul critère de la population… Les espaces ruraux seront ainsi abandonnés.
Les comités de sélection sur les dispositifs culturels sont aussi supprimés. Il y aura dorénavant la culture qui plait ou non au Prince, sans avis ni d’élus, ni de professionnels…

Enfin, nous ne pouvons accepter l’opacité qui interdit aux élus et aux citoyens de connaître le contenu réel du budget : le budget (3 milliards d’euros) de la 2ème région de France ne peut se résumer à un tableau d’une seule page !
Nous n’acceptons pas, comme le Vice-président aux finances l’a asséné en commission, d’attendre juin 2017 et la publication du compte administratif pour connaître le contenu du budget 2016.
Laurent Wauquiez aurait-il quelque chose à cacher aux habitants et citoyens d’Auvergne Rhône Alpes ? Quels sont les associations sanctionnées ou récompensées ? Dans quelles conditions vont être accueillis les lycéens de notre région dans les établissements publics ? Nous ne pouvons pas cautionner cette mascarade démocratique.

Ce 14 avril, les élus des groupes Socialiste, démocrate, écologiste et apparentés, l’Humain d’abord (PCF /FDG) et Parti Radical de Gauche ont décidé de ne pas participer au débat sur le budget primitif de la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

Cette décision, symbolique et exceptionnelle, était destinée à alerter l’ensemble des citoyens de la Région sur les dérives que nous constatons chaque jour dans la gestion, de plus en plus personnelle et autocratique, de Laurent Wauquiez.

Dès demain, nous serons de nouveau dans l’hémicycle pour défendre nos arguments et discuter, pied à pied, les orientations mises en débat. Mais en ce jour particulier, parce qu’il était temps de dénoncer ces dérives, nous sommes restés hors de l’hémicycle.